La rigueur journalistique se fait rare…

Je ne voulais pas faire mention de la grève étudiante qui commence à naître, voulant garder mes commentaires pour les cours, mais je me dois de faire mention d’un problème; que dis-je, d’une maladie dont la société journalistique est atteinte aujourd’hui: le manque de rigueur journalistique et les fausses sources. Je crois que nous en avions fait mention en classe, mais jamais nous n’en ferons trop mention.

Je tiens à préciser que je ne souhaite pas mettre tous les journalistes dans le même panier, et que plusieurs journalistes, particulièrement en région, font de l’excellent travail.

Cependant, de plus en plus de journalistes veulent faire la manchette. Le choc doit être présent, et il doit arriver le plus rapidement possible. Et cela fait place à plusieurs erreurs, toutes aussi déplorable les unes que les autres. En classe, nous avions parlé de TVA et Fox News, qui nous ont offert respectivement deux merveilleux chefs-d’œuvre de mauvais journalisme avec l‘utilisation d’un jeu vidéo comme reconstitution et des endroits non sécuritaires de Paris.

Aujourd’hui, je pense qu’il faut faire mention du Journal de Montréal. Le Journal, qui est visible contre la grève étudiante, publie des articles comme celui-ci qui sert évidemment à rire des manifestants étudiants. Ils se servent d’un exemple minoritaire pour mettre tous les étudiants dans le même panier. De même, ils se servent uniquement des exemples qui avantagent leurs discours et abandonnent les autres possibilités (je pense à toi, M. Bui.)
Cette recherche de l’exemple parfait est tellement maladive que certains journalistes se laissent prendre à leur propre jeu. Par exemple, Sophie Durocher qui à utiliser un courriel d’un étudiant lors d’une entrevue en onde pour discrédité le côté des grévistes… Sans savoir que l’étudiant en question était créé de toute pièce. Un minimum de recherche aurait permis de savoir que le courriel était faux. Mais non, le plus important était évidemment de présenter quelque chose qui provoque un choc, et non quelque chose de vrai. Comme par hasard, les deux exemples d’articles du Journal que je met en lien sont d’elles.

Je pense savoir quel est le problème qui cause tout cela. Nous avons effectivement accès à des journalistes compétents, qui donnent l’information de la façon la plus neutre possible (on ne se le cachera pas, il est impossible d’être totalement neutre) et qui vérifie leur source. Il y a aussi des chroniqueurs, qui ne sont pas la pour faire du journalisme, mais uniquement pour présenté leur opinion et défendre l’intérêt de leur cause.

Malheureusement, il y a plus de chroniqueurs que de journaliste, et la population préfère vouer un culte à leurs chroniqueurs vedettes que de suivre une brochette de bons journalistes.

DamnedEchidna, le Littérateur Médiatique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s