La vie de Rockstar

Dans le cadre du cours Théorie de la communication de masse, nous avons vu la notion de la société de consommation et celle de la société du spectacle. Nous vivons dans une société qui nous pousse à voir le bonheur dans la dépense. La majorité des individus vont devoir dépenser un certain montant d’argent pour pouvoir être heureux. Peu d’individus peuvent se vanter de vivre de simplicité volontaire, et même certains de ceux qui se réclament de la simplicité volontaire ne la vivent pas réellement. De même, la majorité de gens célèbres fait des dépenses extravagantes et la population s’en informe et vive ses dépenses comme si c’était les leurs. Il y a même, dans les dernières années, des individus qui sont célèbres uniquement grâce à leur pouvoir d’achat et à leur capacité à propager leur histoire d’achat. Comme mentionné si haut, certaines personnes oublient de vivre leur vie en espérant vivre celle des autres. Ils pensent que vivre la vie des gens riches et célèbres ne serait qu’une bonne chose. Mais qu’en serait-il vraiment?

Il serait possible de faire des écrits de centaines de pages pour tenter de répondre à la question. Pour ma part, je pense qu’un film en particulier peut répondre à la question. Il s’agit du film Rockstar, sorti en 2001 et du réalisateur Stephen Herek. Il s’agit exactement de la situation rêvée: un admirateur de groupe de musique est approché par le groupe pour remplacer le chanteur du groupe. Cependant, la vie de Rockstar le détruit peu à peu et il décide à la fin de disparaître. (Si le film vous intéresse, vous pouvez le voir ici sur Youtube, et voici l’excellente bande sonore.)

Le film illustre exactement ce qui arriverait à la majorité des individus dans cette situation; cette vie les détruirait. Jean Baudrillard explique parfaitement les faits dans La société de consommation: «[…] c’est toujours leur vie par excès, et la virtualité de monstrueuses dépenses qui est exaltée en eux. […]Comme ceux-ci, ils ne sont jamais si grands que si, tels James Dean, ils payent cette dignité de leur vie. » Même le film explique la situation lors d’une scène. « Your job is to live the fantasy other people only dream about » (vous pouvez entendre cet extrait à 1:34 du trailer). Cependant, à lors du film, le personnage principal vie tellement la vie de vedette qu’il n’est plus capable de suivre la notion du temps et ne comprends plus se qu’il lui arrive.

Bref, pour toute personne n’ayant pas vu le film, le film illustre parfaitement ce que je pense qu’une vie de Rockstar peut amener et met en image parfaitement la pensée de Baudrillard.

Mais même s’il faut faire attention aux dépenses, ce n’est pas une raison pour vivre dans l’austérité.

DamnedEchidna, Le Littérateur Médiatique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s