Gouvernement Majoritaire et Liberté d’expression

La relation entre la population et le gouvernement est quelque chose de particulier. La population s’attend d’un gouvernement qu’il dirige le pays de façon honnête et qu’il pense au bien-être de la population. Ce gouvernement peut évidemment le faire de différente façon et l’idéologie derrière le gouvernement peut ne pas plaire à chaque individu. Pour aider la population à comprendre les impacts des décisions gouvernementales, il existe plusieurs experts et plusieurs acteurs du milieu dont leur rôle est de critiquer, positivement ou négativement, le gouvernement en place. Il va de soi que certains acteurs sont neutres, que d’autres acteurs sont souvent en conflit avec le gouvernement et que les derniers approuvent le gouvernement.

Le dernier gouvernement conservateur est tout simplement de mauvaise foi dans ce qui est du jeu que je viens de vous décrire. Un des exemples les plus flagrants est les études scientifiques qui ne vont pas dans les intérêts gouvernementaux et qui sont cachés du public. La dernière bourde du conseil des ministres conservateurs est celle du ministre Denis Lebel. De passage à Montréal, à la suite de l’annonce de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) d’appuyer des candidats aux élections fédérales qui sera susceptible de battre les candidats conservateurs, le ministre Lebel a invité les représentants syndicaux à se présenter à les mêmes comme candidats. Il ajoute que le mouvement des syndicats doit absolument annoncer préalablement le montant qu’ils investiront dans leurs luttes et qu’un syndicat est présent pour défendre les droits des travailleurs et non pour lutter contre un gouvernement lors des élections.

Dans la foulée des manifestions «Je suis Charlie» en faveur de la liberté d’expression, il faut comprendre que le ministre Lebel invite donc les syndicats à se taire face à leur décision. Normalement, dans un monde parfait, toutes les critiques devraient être acceptées et analysées. Dans la même mesure où au Parlement canadien, il y a le parti au pouvoir et les oppositions formées des autres partis, le gouvernement se doit de permettre les critiques d’être présentes. Un débat de société n’est jamais formé d’une opinion qui à totalement raison et d’une autre qui à totalement tord. Dans cette situation, la FTQ à tord dans une certaine mesure. Elle ne peut pas se permettre de faire des dépenses faramineuses pour avantager un candidat alors qu’elle reproche au gouvernement de ne pas faire des dépenses adéquates. Dans cette mesure, le ministre Lebel à raison. Cependant, les syndicats peuvent se permettre plusieurs autres choses. Ils peuvent se déplacer lors des débats et poser des questions qui nuiront probablement à un candidat dans l’optique où celui-ci devrait réfléchir à trouver une meilleure solution au problème. Ils peuvent également envoyer leur représentant syndical faire des sorties de presse publique avec des candidats.

Nous vivons actuellement dans une société démocratique où chaque individu à le droit fondamental de s’exprimer sur tout enjeu. Le gouvernement en place doit accepter cela. Bien qu’il soit actuellement majoritaire, il n’est pas le roi d’une monarchie absolue. La sortie de ministre Lebel soulève également une question en arrière-plan: est-ce que la notion de gouvernement majoritaire est désuète? Même si elle parait hors contexte, cette notion est au coeur même du problème: le gouvernement actuel, pendant 4 ans, avait presque tous les droits. Peu importe la critique publique ou l’opposition au sein du Parlement, le gouvernement pouvait faire comme bon lui semble. Se que le ministre Lebel à dit révèle d’une mauvaise habitude d’un long mandat majoritaire. Il souhaiterait qu’il n’y ait aucune opposition au choix du gouvernement et que la population accepte cela sans rien dire.

Cependant, Monsieur Lebel, nous sommes en démocratie, et il faudra un jour que le gouvernement conservateur l’accepte.

DamnedEchidna, le Littérateur Médiatique

Source de l’article: http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201501/20/01-4836859-lebel-invite-les-representants-syndicaux-a-se-presenter-aux-elections.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_politique_2275309_section_POS1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s